Le CLUB  STAЯ!ИUX
logo-sx-bw-cravate.jpg
PROPULSER LE LOGICIEL
LIBRE et OPENSOURCE
  • jeu 18 octobre  

  • StarinuX : Logiciel Libre et OpenSource
    L'école libre selon Microsoft

    L'école *Libre* selon Microsoft : comment j'ai appris à aimer l'éducation privatrice et fermée

    08/11/2013 (tiré de l'article de l'AFUL) c'est édifiant !

    logo-EN + logo-microsoft = vive les enfants robots à pensée unique !

    L'école, ce sont des enfants et ados de 6 à 20 ans. C'est là qu'ils acquièrent normalement les bons réflexes pour leur avenir, gravés profondément dans leur cerveau : et bien l'Éducation nationale, dans ce contexte et celui primordial de l'économie numérique, a décidé de leur montrer le parti unique = Microso(f)t - Windows !

    Deux ans après la convocation d'une centaine d'inspecteurs de l'Éducation nationale au siège de Microsoft France, l'April, Framasoft, le CNLL, SavoirsCom, l'Aful et StarinuX, s'étonnent d'une nouvelle entorse à la neutralité scolaire et à l'intérêt du service public d'éducation.

    Le 19 novembre 2013, plusieurs responsables de l'Éducation nationale se déplacent au siège de la société Microsoft. Michel Pérez, Inspecteur général de l'Éducation nationale, Catherine Becchetti-Bizot, Inspectrice générale, Directrice du Comité TRatégique pour le Numérique à l'École ainsi que des représentations des associations de collectivités viennent découvrir une étude coordonnée par Ludovia Magazine, en association avec Microsoft, Intel et SFR2.

    Le titre de l'étude se veut neutre : «investissement des collectivités en matière de numérique à l'école». Le dispositif de communication ne l'est pas. Par leur présence à la table ronde organisée par Microsoft, les Inspecteurs généraux légitiment l'appropriation de l'Éducation nationale par une société privée. Les signataires de ce communiqué dénoncent fermement cette nouvelle entorse à la neutralité scolaire et à la mission de service public de l'éducation nationale".

    Les collectivités territoriales souhaitent-elles vraiment favoriser l'exploitation commerciale de l'école par quelques grandes sociétés pour lesquelles l'éducation est exclusivement un marché captif ?

    Ce n'est pas la première fois que des responsables de l'Éducation nationale se rendent au siège de la société Microsoft. Lors du salon Éducatec-Éducatice 2011, les inspecteurs de l'Éducation nationale chargés de mission nouvelles technologies (IEN-TICE) s'étaient vu convoqués par leur hiérarchie pour tenir leur journée annuelle au siège de la société Microsoft. L'April et Framasoft avaient déjà dénoncé «une véritable entorse à la neutralité scolaire et vivement regretté que les programmes de ces journées ne mentionnaient pas les logiciels et ressources libres. Malgré la circulaire du premier ministre « Pour l'usage des logiciels libres dans l'administration », l'histoire se répète..

    Ce n'est pas non plus qu'un accident de parcours. Les services de l'Éducation nationale envoient depuis plusieurs mois des signaux inquiétants. Le rapport de l'Inspection générale sur «La structuration de la filière du numérique éducatif : un enjeu pédagogique et industriel» est très peu documenté sur les logiciels et ressources libres ou, au mieux minimise leur apport. Et le rapport n'aborde que très succinctement l'une des dispositions importantes du texte de loi pour la refondation de l'école qui recommande : «l'incitation au développement de ressources numériques se fera notamment en faveur de logiciels libres et de contenus aux formats ouverts». Les signataires de ce communiqué auraient pu, avec d'autres, aider les rédacteurs dans leur travail afin d'arriver à un rapport plus exhaustif.

    «L'école ne doit pas être un marché captif des éditeurs privateurs du numérique. L'école que nous appelons de nos voeux, ne doit pas enseigner «avec» le numérique sur des produits privateurs dans une approche de type B2i qui forme avant tout des consommateurs passifs» déclare Rémi Boulle, vice-président de l'April, en charge du groupe de travail Éducation. Dans la continuité des principes hérités du siècle des lumières, elle doit former des futurs citoyens responsables, capables de réfléchir de façon libre, indépendante voire les créateurs de demain.

    Stefane Fermigier, Vice-Président du CNLL, rappelle pour sa part «La place du logiciel libre dans le système éducatif français est un enjeu majeur pour la compétitivité de notre économie. Pour continuer d'être à sa place de leader mondial du logiciel libre, la France doit aussi se doter d'une politique éducative forte dans ce domaine, en privilégiant l'usage d'outils pédagogiques libres, en fondant l'apprentissage du numérique à l'École sur les logiciels libres, et en enseignant les technologies et méthodologies propres au logiciel libre dans les filières informatiques et scientifiques».

    Enseigner «avec» le «numérique» dans toutes les disciplines nécessiterait a minima :
    un véritable enseignement de la science informatique ;
    d'authentiques cours de technologie qui ne seraient plus limités, en collège, à la seule étude d'objets physiques dans lesquels l'informatique qu'ils pourraient incorporer est ignorée et traitée comme une boîte noire ;
    un authentique apprentissage raisonné des logiciels et de l'internet qui n'est actuellement enseigné nulle part ;
    un enseignement des technologies et méthodologies propres au logiciel libre dans les filières scientifiques et informatiques ;
    l'utilisation de logiciels libres et la diffusion sous licence libre des ressources utilisées dans le service public de l'éducation ;
    une réflexion opérationnelle (approfondie) sur les contenus de cet enseignement, dès l'école primaire.

    C'est également enseigner l'apprentissage du travail collaboratif, incompatible avec des ressources privatrices DRMisées, des formats de fichiers non interopérables, des licences qui ne permettent pas la libre circulation et le libre partage des savoirs. L'École ne doit plus être contrainte dans des systèmes privateurs et fermés.

    Le gouvernement Ayrault : d'un côté, "oui aux Logiciels Libres dans nos administrations !" et de l'autre, "oui à Microsoft !


  • Réagir     |     page précédente   |   à l'accueil.