Le CLUB  STAЯ!ИUX
logo-sx-bw-cravate.jpg
PROPULSER LE LOGICIEL
LIBRE et OPENSOURCE
  • mer 15 août  

  • StarinuX : Logiciel Libre et OpenSource
    Starinux - L'avenir de Windows
    Le passé de Windows c'est UNIX     l'avenir c'est LINUX et UNIX !

    L'avenir de Windows

    (Article écrit par P. Jarillon (ABUL) en Novembre 2002)

    Les promesses de Windows NT et la belle architecture de NT
    Revenons quelques années en arrière, vers 1995 ou 1996. À cette époque, Microsoft avait fait paraitre dans les revues spécialisées la structure de Windows NT4. Cette magnifique architecture, basée sur des micro-noyaux et la HAL (Hardware Abstraction Layer = couche d'abstraction du matériel) devait permettre de réaliser des logiciels fonctionnant sur tous les microprocesseurs sans aucune adaptation. C'était magnifique et, comme beaucoup, j'y croyais très fort.

    Ce fut alors la ruée vers NT + Intel, car les licences et les machines étaient beaucoup moins chères que celles des UNIX. Certains prévoyaient même la fin des UNIX. Cette prédiction a failli être vraie, car la "guerre des Unix" propriétaires était une aubaine pour NT.

    Un deuxième phénomène devait accélérer la croissance de NT. C'était la fin de Windows 3.11 qui avait atteint les limites de son évolution. Son successeur était attendu avec impatience. Par ailleurs, la compatibilité bien naturelle entre les serveurs et les clients NT a été présentée comme étant LA solution pour équiper les entreprises.

    Les Windows 9x
    Ce sont les héritiers du DOS, des machines non protégées, qui nécessitent des artifices externes pour fonctionner. Ce sont par exemple les anti-virus, les défragmenteurs, les désinstallateurs ... enfin des tas de choses archaïques dont on ne devrait même plus se souvenir. C'est sur cette architecture déficiente que Microsoft a réalisé une interface homme-machine séduisante.

    Chacun connait l'histoire de la parfaite gestion commerciale de Microsoft. Je ne m'étendrais pas davantage sur les raisons qui ont conduit au quasi-monopole de Microsoft.

    Les premiers couacs et les abandons
    Ils n'ont pas été très médiatisés. La presse spécialisée en a fait écho, mais les a présentés comme des évènements anecdotiques. En réalité, ils étaient le révélateur de problèmes graves.

    Windows NT venait d'être porté sur quatre sortes de processeurs, MIPS, INTEL, ALPHA et PowerPC lorsque la première annonce fut rendue publique : Plus de développement de NT4 pour MIPS. Bon, admettons que ce n'était pas un marché très intéressant et oublions l'incident. C'est ce que je me suis dit à l'époque, car je ne croyais pas à un problème plus grave. Mais le choc a été d'apprendre que PowerPC, un tout nouveau processeur ne serait plus supporté. Cela signifiait tout simplement que la belle architecture annoncée ne fonctionnait pas. Il ne restait alors plus que deux processeurs en lice. Le coup de grâce a été donné par Compaq. En 1998, une grande campagne de publicité annonçait la support de NT sur Alpha, un processeur 64bits. Un an plus tard, Compaq arrête et licencie la centaine de personnes qui assuraient la maintenance de NT sur Alpha. Pas rentable ! NT est intrinsèquement un système 32 bits et Alpha fonctionne beaucoup mieux avec un OS 64 bits. On aurait pu s'en douter, et le résultat ne dépasse un Intel Pentium qu'en prix !

    Maintenant, les Windows ne fonctionnent plus qu'avec Intel Pentium. Dans le même temps Linux a été porté sur tous les processeurs actuels, du 68000 au PA-RISC en passant par Alpha, Pentium et le monstrueux IBM 390.

    Les retards des Windows
    Les retards sont toujours révélateurs de défauts d'architecture. On peut les corréler avec d'autres faits :
    - Absence de convergence de NT4 et Windows98. Cela dénote une mauvaise modularité
    - Gestion des noms de fichiers. Tantôt une majuscule en tête, tantôt tout en minuscules, tantôt le suffixe en majuscules, tantôt... etc... sans que l'on ne sache pourquoi.
    - Taille du système en forte croissance sans augmentation ni des performances ni des fonctionnalités.
    Pour résumer, on peut dire que l'on a mis un emplâtre il y a longtemps et que cet emplâtre a conduit à ajouter des rustines et des bouts de ficelles qui en ont engendré d'autres et ainsi de suite. La seule solution aurait été de réécrire complètement le code, mais plus le temps passait, plus cette décision devenait impossible.

    Le début de la fin
    Hewlett Packard et Intel ont collaboré à la définition du nouveau processeur baptisé Merced et destiné à prendre la suite du Pentium. Deux OS restent en course à quelques mois de sa sortie. L'un est basé sur Unix SCO, et l'autre sur Linux. Et NT ? Personne ne semble se bousculer pour faire le portage. A mon avis, il serait aussi concluant que pour Alpha. Par ailleurs, quand on connait l'augmentation de la taille de Windows 2000 par rapport aux versions précédentes, on se rend compte que même si le portage était entrepris, il faudrait trop de personnes et surtout trop d'années pour réaliser ce portage sans garantie de résultat.

    Windows 2000 restera un OS 32 bits dédié au Pentium, et mourra avec lui. Dans combien de temps ? Si l'on regarde l'évolution de l'électronique, le Pentium peut espérer vivre jusqu'en 2003. Au delà, il sera trop fortement concurrencé par les processeurs 64 bits (sans parler des 128 bits).

    Le passé de Windows c'est UNIX et l'avenir c'est LINUX et UNIX : la RELÈVE.
    Elle viendra d'Unix, ou plutôt des Unix libres. A côté de Linux, le fédérateur, les autres Unix libres seront prêts à assurer la relève en cas de défaillance. Les Unix propriétaires seront quasiment abandonnés et seront remplacés par un Unix communautaire. L'évolution est inéluctable, les systèmes propriétaires sont en train de disparaitre et les Windows seront certainement les derniers. Mais leur fin est programmée.

  • Réagir à cet article.   |   page précédente   |   à l'accueil.