Le CLUB  STAЯ!ИUX
logo-sx-bw-cravate.jpg
PROPULSER LE LOGICIEL
LIBRE et OPENSOURCE
  • jeu 18 octobre  

  • StarinuX : Logiciel Libre et OpenSource
    Starinux : la crise
    QUAND L'ÉCONOMIE MONDIALE EST EN PANNE

    Le Logiciel Libre, une SOLUTION ÉCONOMIQUE et PÉRENNE en temps de crise et APRÈS

      (article de Yves THERRIEN sur www.cyberpresse.ca Québec. Novembre 2008)

    En période de crise financière et économique comme le vit le monde économique ces mois-ci, les gouvernements et les entreprises pourraient trouver un intérêt dans les logiciels libres et du type Open Source non seulement en raison des coûts d'acquisition et de soutien technique, mais aussi à cause du message qui serait lancé aux grandes entreprises qui les forcent périodiquement à effectuer des mises à niveau des systèmes d'exploitation et des suites bureautiques. C'est ce que soutient M. Roger Laberge, président d'Infoglobe et ardent défenseur du logiciel libre dans le monde de l'informatique. Les gouvernements québécois et canadien manqueraient une excellente occasion de se positionner face aux géants en imposant leurs choix, affirme-t-il en entrevue. Les gouvernements européens et plusieurs pays d'Amérique du Sud ont décidé de prendre le virage du logiciel libre pour ne plus être soumis aux décisions des géants du monde des logiciels comme Microsoft.

    Il donne l'exemple d'une PME qui doit mettre à niveau 300 ordinateurs avec un nouveau système d'exploitation et une nouvelle suite bureautique parce que le producteur du logiciel ne peut plus supporter les usagers. L'entreprise devra dépenser des dizaines de milliers de dollars à un moment qui ne lui convient peut-être pas. Certains logiciels sont libres de droit, mais demanderont une formation qui, selon M. Laberge, sera moins onéreuse qu'avec une suite bureautique commerciale.

    Et cela se traduit par des emplois ici dans des entreprises locales au lieu de donner son argent à une entreprise américaine ou à une multinationale qui ne réinvestira pas nécessairement ses profits au Québec ou au Canada, poursuit-il. Avec des systèmes d'exploitation Linux, c'est moins cher pour le soutien technique, et l'entreprise peut former ses propres techniciens, avoir l'expertise et se servir de l'expertise des groupes d'usagers. Le seul argument qui reste aux gros développeurs commerciaux, c'est l'imputabilité si le système plante.

    Dans le monde du logiciel libre, tous affirment que les systèmes d'exploitation Linux, peu importe leur origine (RedHat, Ubuntu, Suse et les autres), sont stables, sécuritaires et aussi performants que les systèmes commerciaux tout en étant moins chers. D'ailleurs, pour les versions Ubuntu, le soutien technique international est assuré par la compagnie Canonical basée à Montréal. Plus encore, des producteurs d'ordinateurs offrent le choix d'équiper l'appareil avec le système d'exploitation de leur choix : Linux ou Windows par exemple.

    Dans l'univers du Web, les serveurs sont en majorité équipés avec le système Linux. C'est le cas de plus de 60 % des serveurs. Dans le cas des 500 plus grandes entreprises, le pourcentage grimpe à 85 et est en constante progression (www.top500.org). M. Laberge donne l'exemple du ministère québécois du Développement économique (MDEIE) qui a adopté la technologie TYPO 3 pour ses serveurs Web.

    Il affirme que le passage aux logiciels libres ou de type OpenSource ne se traduit pas par des pertes d'emplois, mais par la création de compétences locales. "Avec les logiciels libres, on peut faire plus à moindres coûts avec des moyens limités", conclut-il.

    Yves Therrien sur www.cyberpresse.ca Québec.


  • Réagir à cet article   |   RETOUR : à l'accueil   |   page précédente.